Rechercher
  • Imen Bouraoui

L'alimentation, un des piliers de la santé !

Dans le suivi de mes patients, l'alimentation revêt une importance capitale. On ne peut pas recourir à des complémentations et des traitements pour venir à bout de symptômes, si l'alimentation quotidienne est elle-même, source d'intoxications diverses qui ne font que maintenir l'organisme en déséquilibre.


Comme disait Hippocrate "que ton aliment soit ta première médecine".


Je ne suis pas pour les régimes restrictifs, ou les régimes "SANS" (gluten, lactose, fodmaps, lectines, etc.), il y'a des moments ou l'éviction est nécessaire, de façon ponctuelle, pour calmer une inflammation par exemple, mais l'alimentation est avant tout individuelle et dénuée de vérité universelle. Il faut d'abord s'écouter pour savoir quels aliments nous font du bien et lesquels provoquent chez nous des inconforts. Quels aliments nous attirent et lesquels nous repoussent.

Selon moi nos choix alimentaires doivent se baser principalement sur les éléments suivants :

  1. Notre physiologie digestive, nous ne digérons pas tous de la même façon et cela doit être pris en compte dans le type d'aliments que nous consommons, ainsi que dans leur mode de préparation.

  2. L'impact sur la santé de certaines classes d'aliments, en se basant sur des études scientifiques, afin de nous aider dans nos choix selon nos propres problématiques de santé.

  3. Et enfin et surtout sur le bon sens :

  • Manger local et de saison pour bénéficier du meilleur apport nutritif possible. Les légumes et les fruits de saison sont mûres à points, plus riches en nutriments mais aussi en composés aromatiques, ce qui leur procure un meilleur goût tout en répondant à nos besoins nutritionnels du moment. En été: hydratation et anti-oxydants. En hiver: chaleur et énergie par l'apport de fruits et légumes riches en sucres ou qui nécessitent une cuisson, etc.

  • Manger le plus brut possible pour éviter les additifs que nous retrouvons dans les aliments transformés, les sucres cachés, les graisses trans et saturés en excès, les Omégas 6 en excès (favorisant l'inflammation chronique).

  • Manger le moins raffiné possible afin de garder une richesse micronutritionnelle que l'on ne retrouve plus dans les aliments raffinés, ayant perdu tout ou partie de leurs fibres, vitamines et minéraux. Cela permet également de réduire l'indice glycémique de ces aliments, car plus un aliment sera raffiné plus son indice glycémique sera haut, favorisant, à terme, la résistance à l'insuline (entre autres) !


Mais manger doit rester un plaisir à la fois pour les yeux et pour les papilles, il ne faut donc pas avoir peur d'expérimenter et de varier afin de découvrir de nouvelles saveurs et d'acquérir de nouvelles habitudes.

Très vite ce qui est bon "au goût" et bon pour notre organisme fera partie de nos nouvelles habitudes culinaires.


Enfin, pour déculpabiliser, gardez en tête la règle des 80/20 :

Si vous avez une alimentation de qualité 80% du temps, mais que vous mangez moins bien les 20% restants, c'est ok! Ce n'est pas la pizza que vous allez manger au restaurant un week-end par mois, entouré de vos amis, qui va ruiner votre santé.


Tout est une question d'équilibre...


Pour plus d'infos, n'hésitez pas à me contacter : contact@imen-naturopathe.ch, ou laissez un commentaire plus bas.